HANDICAP MENTAL, INTELLECTUEL, PSYCHIQUE AVEC AUTISME OU POLYHANDICAP À TOUS LES ÂGES DE LA VIE
instagram linkedin youtube
Histoire

Histoire

Histoire

Les associations de parents de personnes « handicapées mentales » ont été fondées, pour l’essentiel d’entre elles, dans les années 1950 - 1960, par des parents décidés à se mobiliser pour l’avenir de leurs enfants.

A l’époque rien n’existait pour eux. Le handicap n’a que peu droit de cité dans la société et, le plus souvent, les enfants devaient demeurer cachés ou étaient promis à de longues hospitalisations totalement inadaptées à leurs besoins et parfois même « maltraitantes ».

Les Associations issues du mouvement parental ont ainsi apporté une contribution majeure à l’action publique, par la conception de réponses sociales ou médico-sociales originales et diversifiées, ainsi que par des dispositions juridiques, administratives et ayant trait aux pratiques professionnelles éducatives adaptées aux personnes en situation de handicap mental.

Inscrite dans cette histoire, l’AgaPei regroupant les 3 associations fondatrices ( les « ex Adapei » de la Haute-Garonne, du Gers et du Tarn) et dans un second temps l’association gestionnaire, (l’ex Agapei) est une association « loi du 1er juillet 1901 », créée par des parents et amis de personnes en situation de handicap mental, dotée de la double mission de promouvoir et de défendre les intérêts de ces personnes et de mettre en œuvre des solutions adaptées à leurs besoins. Les Adapei fondatrices d’alors ont été amenées à créer et gérer des établissements et des services spécialisés. Elle est ainsi, dans sa fonction de gestionnaire d’équipements, inspiratrice de formes variées d’accueil et d’accompagnement des personnes en situation de handicap, initiatrice et créatrice de solutions innovantes...

Soucieuse de ne pas négliger sa fonction militante et de représentation au profit des responsabilités de gestion, les Adapei du 31 du 32 et du 81 ont choisi, en 2012, de « déléguer » cette fonction gestionnaire à l’Agapei, association uniquement dédiée à cet objet

En 2019, cette histoire marque une étape nouvelle importante car l’ambition fut de fusionner les 4 associations fondatrices (Adapei 31, Adapei 32, Adapei81 et l’Agapei gestionnaire) en une seule association l’AgaPei……qui devient Agir avec Amis, Parents et Professionnels pour les Personnes en situation de handicap…, retrouvant donc sa double fonction d’association parentale militante et gestionnaire. Ainsi regroupés tous les acteurs des 4 associations deviennent plus forts face aux changements en cours dans le secteur médico-social, tant du point de vue de la gestion que de la place des parents dans le parcours de vie des personnes en situation de handicap.
Par son histoire, l’AgaPei se positionne donc fondamentalement dans les valeurs démocratiques de l’économie sociale et solidaire, non lucrative, animée par des bénévoles. Ses établissements et services animés par des équipes de professionnels concentrent tous les moyens nécessaires mis au service des personnes accompagnées et de leurs familles.

Elle exerce ainsi des missions d’intérêt général et d’utilité sociale, en faveur des personnes en situation de handicap mental, cognitif, psychique ou autistique. 
L’AgaPei, association parentale de représentation et de défense des personnes en situation de handicap en Haute Garonne, Gers et Tarn c’est :
•    25 000 heures de bénévolat
•    Plus de 1600 salariés
•    2700 places autorisées
•    63 établissements et services

L’AgaPei est adhérente de l’UNAPEI, Association à caractère fédéral, reconnue d’utilité publique et principale fédération de représentation et de défense des intérêts des personnes en situation de handicap mental et de leurs familles. 
Les associations fédérées au sein de l’UNAPEI regroupent 55 000 familles, 72 000 bénévoles, emploient 75 000 professionnels dans le seul champ du handicap mental et gèrent plus 3000 établissements et services médico-sociaux qui accompagnent 200 000 personnes en situation de handicap.

Notre organisation
L’AgaPei est administrée par un Conseil dédié constitué de 2 collèges (Représentants de Territoire et Personnes en situation de handicap) dont les membres sont désignés par leur territoire d’appartenance.
Elus par l’assemblée générale annuelle, les administrateurs définissent les positions politiques de l’association et assurent le suivi des orientations stratégiques validés en Conseil d’Administration.
Les 63 établissements et services sont organisés en 13 Unités de Gestion. Ils mettent en œuvre les décisions du Conseil d’Administration et assistent les élus dans leurs missions.

Lien vers l'onglet "Agir ensemble"

Adapei Tarn (81)

1962 : L’association des Papillons Blancs est constituée par quelques parents confrontés au lourd problème d’élever un enfant différent. Son premier objectif a été l’ouverture d’un semi-internat pour des enfants déficients mentaux profonds. Les moyens ont été fournis par le don du domaine de Florentin. En août 1966 le demi-internat a ouvert, accueillant 34 enfants de 4 à 14 ans suivi par la construction de l’internat de 60 lits inauguré le 3 décembre 1974.

1970 : Le domaine de Florentin voit la création d’un IMPRO. Il propose 3 ateliers pour une vingtaine d’adolescents, garçons et filles, âgés de 14 à 20 ans.

1974 : Création du premier Atelier à Soual. Ce «navire amiral» emploie 92 travailleurs et est associé à un Foyer d’Hébergement qui offre 70  places. Les activités proposées sont la maçonnerie, l’encadrement, la laverie, le repassage, le conditionnement, les espaces verts, la mécanique.

1975 : Des ateliers thérapeutiques et occupationnels sont créés, sur le site de Florentin, pour accueillir des jeunes de plus de 20 ans ne pouvant être admis en CAT (Centre d’Aide par le Travail). 

1981 : Le foyer de vie de Florentin ouvre ses portes pour 46 jeunes adultes.

1985 : Le CAT d’Albi Jarlard voit le jour et emploie 30 travailleurs répartis en différents ateliers : encadrement d’art, entretien d’espaces verts,  peinture, pose de moquette et de papiers peints et sous- traitance. 20 de ces travailleurs logent en ville dans des «appartements- foyers» les autres demeurent dans leurs familles. 

1er janvier 1986 : La Mas les Genêts ouvre ses  portes  à  Cagnac-les-Mines.

1987 : Création de l’ESAT de Castres où 46 travailleurs font du câblage, de l’imprimerie, du conditionnement, du repassage.

1er septembre 1990 : Le CAT à vocation viticole, domaine de Boissel à Gaillac voit le jour, complété par le foyer d’hébergement  de Gaillac.

1991 : Ouverture de l’ESAT d’Aussillon pour 40 agents de production engagés dans les espaces verts, la couture, le repassage, le conditionnement.

1993 : L’autorisation est donnée pour la création du Siège de l’association.
Ouverture d’un FOT devenu Foyer de Vie à Castres qui propose52 places, dont 30 en internat.

Décembre 1997 : Un Atelier Protégé de 10 places annexé à l’ESAT d’Albi et de Boissel est mis en place à Albi. Il deviendra Entreprise Adaptée en 2006.

1998 : Mise en place d’un  SESSAD gérés par l’IME mais implanté sur Albi et d’un SAVS (Service d’Accompagnement à la Vie Sociale).
Ouverture de l’ESAT de Revel qui accueille 31 agents de production répartis en 3 ateliers : conditionnement, repassage, espaces verts.

Le 4 janvier 1999 : Le foyer de vie de la Renaudié, ouvre ses portes et accueille 34 personnes dont 6 en externat. 

2004 : Mise en place d’un SAVS sur le site de Soual.

2008/2010 : Modernisations de l’IME et du FOT.

Entre 2006 et septembre 2011 : Se finalise le Hameau du Lac, foyer de vie à Cagnac les Mines. La conception architecturale a intégré les exigences d’ouverture et d’inclusion de la personne en situation de handicap dans son environnement. Elle offre un très beau cadre de vie aux résidents. Sa capacité d’accueil est  de 60 places.

2011 : Voit le regroupement officiel des établissements et services des trois ADAPEI 81,31et 32, désignée AGAPEI dont le Conseil d’Administration est constitué des administrateurs de chacun des 3 départements.
Réorganisation des établissements en 3 Unités de Gestion : UG Florentin, UG Tricat, UG  Cagnac.

2017 : Fusion de l’Adapei 81 et de l’APEDI, pour constituer l’Adapei 81NS (Nord Sud), transfert de la gestion des Etablissements Chantecler à l’AGAPEI et constituer ainsi une 4ème Unité de Gestion dans le Tarn, l’UG Chantecler.


2019 : Fusion des Associations Parentales – Adapei 81NS, Adapei 31, Adapei 32 – et de l’AGAPEI pour constituer l’AgaPei.
Création du Conseil de Territoire du Tarn pour organiser l’action militante et la Représentation du Handicap (mental) dans le Département.

Lien vers l'onglet "Agir ensemble"

Adapei Gers (32)

En 1968, alors qu’il n’existait aucune structure adaptée à l’accueil des enfants en situation de handicap mental, et que l’école publique ne leur était pas  encore  ouverte, quatre ou cinq familles se sont regroupées autour de M. Gabriel DUPRE, pour créer l’ADAPEI du GERS.

Ces quelques parents, extrêmement dynamiques et motivés,  poussés par la nécessité, ont regroupé autour d’eux, un nombre croissant de parents de personnes en situation de handicap mental.

En 1975, après un combat de plusieurs années pour faire évoluer la situation, l’ADAPEI du GERS a obtenu l’ouverture du premier Institut Médico-Educatif (IME)  « Les Hirondelles », implanté dans une partie des locaux de l’ancien hôpital Pasteur à AUCH.

En 1977, un second IME  a ouvert à CONDOM. Puis en 1978, le Centre d’Aide par le Travail de la Caillaouère à AUCH, a vu le jour, et a permis à de jeunes adultes handicapés mentaux d’exercer une activité professionnelle adaptée à leurs capacités.

De 1979 à 2006 l’ADAPEI du GERS a ouvert ou repris la gestion de  14 établissements et services. En particulier, deux CAT à CONDOM et FLEURANCE, deux foyers de vie à LADEVEZE-VILLE et MONTREAL, trois services d’accompagnements à AUCH, CONDOM, et FLEURANCE, un foyer hébergement et une ludothèque à AUCH, un service d’éducation et d’aide à l’intégration scolaire.
En mai 2014, s’ouvrira à MARCIAC, la Villa Bleue, un foyer de vie, dont le projet a été porté par l’ADAPEI du GERS, puis finalisé par l’AGAPEI.

En 2012, l’Adapei du GERS a choisi de se regrouper avec les Adapei de la Haute Garonne et du Tarn pour créer une nouvelle association l’AGAPEI. Cette association qui reste imprégnée des valeurs qui animent les Adapei fondatrices, gère les établissements des Adapei des trois départements. Elle est conduite par un conseil d’administration et un président, issus des conseils d’administrations des Adapei du GERS, du TARN et de la HAUTE GARONNE.    

L’Adapei du Gers a recentré son action sur le  militantisme, l’écoute et l’accueil des familles, l’animation de manifestions récréatives, festives, ou sportives, elle promeut la défense et  l’inclusion des personnes en situation de handicap mental dans notre société. 

Lien vers l'onglet Agir ensemble

Adapei Haute Garonne (31)

Il était une fois…l’Adapei 31

En 2018, l’Adapei 31 a fêté ses 60 ans d’engagement militant.

Toute une histoire !  La voici :

Petit retour en arrière : L’année 1958 voit l’arrivée du Général de Gaulle et de la 5ème république. Les Américains lançaient leur premier satellite et créaient la Nasa.  Albert de Monaco naissait, ainsi que les futurs chanteurs Prince et Michael Jackson, Charlie Gaul remportait le Tour de France, et le franc devenait « ancien » en laissant la place au nouveau Pendant que « Mon Oncle » de Jacques Tati est projeté dans les salles de cinéma en France et devant le néant et la non reconnaissance des enfants en situation de handicap, quelques familles prennent le taureau par les cornes et créent dans un hangar mis à disposition par une d’entre elles un lieu d’accueil et d’éducation.

Ces quelques familles pionnières convaincues que toute personne en situation de handicap doit trouver sa place dans la Cité créent l’ADAPEAI, devenue par la suite l’Adapei 31. En se posant en combattants de l’exclusion, ils créent leur premier établissement : le Val Fleuri à Castanet pour accueillir 45 enfants.
Il faut savoir qu’à l’époque les personnes désignées « les handicapés » n’avaient pas d’autre solution que de rester confinées au domicile de leurs familles, cachées ensuite derrière les hauts murs des hôpitaux psychiatriques au décès de leurs parents.
En un mot : le Moyen Age

A force de persévérance, de pressions sur la DDASS, unique interlocuteur du moment, cette poignée de parents, combattants courageux parvinrent à sortir le handicap de l’obscurantisme et les années 1967-1968 datent le début de la mise en place de structures innovantes, tels que : IMP-IM Pro, CAT (aujourd’hui ESAT), les 1ers foyers d’hébergement.

Ainsi que, rythmé par Claude François et ses Claudettes, le Club Alouette toujours là, verra le jour « Un lundi au soleil ». Cette structure de loisirs est depuis le début animée par des bénévoles dont la seule raison d’être est d’apporter de la joie et du plaisir à nos enfants.

Ces parents combatifs, soutenus et entraînés par l’UNAPEI (créé en 1960) regroupant des hommes et des femmes qui se veulent militants d’une cause, celle de la pleine citoyenneté des personnes en situation de handicap parvinrent par leur opiniâtreté à « tenir le stylo du législateur » et le 30 juin 1975 est votée la loi d’orientation en faveur des personnes handicapées portée à l’Assemblée nationale par Simone Veil. Si une loi de 1957 avait pour la 1ère fois utilisé le terme de « travailleur handicapé », institué une priorité d’emploi (10%) et défini le travail protégé ; c’est bien la loi du 30 juin 1975 qui est le texte de référence créant la politique du handicap. Elle définit 3 droits fondamentaux pour les personnes handicapées enfants et adultes :

   - le droit au travail
   - le droit à une garantie minimum de ressources par le biais des prestations. (AAH pour les adultes et AES pour les enfants.)
  - le droit à l’intégration scolaire et sociale

Depuis le 2 décembre 1958 que l’Adapei 31 se bat pour l’accompagnement, la reconnaissance des droits et des devoirs de la personne handicapée mentale, en 1975 ENFIN ! le mot Intégration est définie dans la loi comme une des valeurs puisées dans les fondements du mouvement parental.

Poursuivant leur mission de « bâtisseurs », nos anciens continuent d’inventer, d’innover de créer de nouveaux services et de nouveaux établissements répondant toujours et encore aux nouveaux besoins. Les enfants des années 70 ont grandi et il faut penser en urgence aux structures adaptées aux adultes comme les MAS, les FAM ; aux structures d’accompagnement à la vie sociale (SAVS), structures intégratives offrant plus d’autonomie aux travailleurs des CAT, devenus ESAT par la loi du 11 février 2005.

Que de travail, de négociations, de talent ont dû faire preuve l’Unapei et les Adapei(s) départementales pour convaincre et obtenir tout cela. Que de temps passé auprès des pouvoirs publics pour promouvoir ces mots : intégration, accompagnement, dignité, droit à la citoyenneté.

L’horizon se dégage avec la loi de 2005 qui consacre l’égalité des chances, la citoyenneté des personnes en situation de handicap et la participation à leur projet de vie. Elle crée la MDPH et le droit à compensation du handicap, à l’obligation d’accueil des enfants dans les écoles de la République, ainsi qu’une rémunération garantie pour les travailleurs d’ESAT (55% du SMIC cumulable avec l’AAH). Dans ce contexte, notre association continue assidûment sa marche et sa recherche de nouvelles solutions adaptées. Tous les établissements et services dans la Haute Garonne sont gérés par l’Adapei 31 depuis la naissance de l’association.

En ce début du nouveau millénaire, en 2010 face à la gestion de ces établissements de plus en plus en besoin de professionnalisation, les 3 Adapei amies de Haute-Garonne, du Gers et du Tarn ont fondé conjointement l’association Agapei, entité juridiquement distincte à qui elles ont confié les établissements par elles-mêmes créés. Ces 4 associations sont inscrites dans le mouvement parental de l’Unapei et à ce titre partagent les mêmes valeurs et les mêmes analyses. Le président de l’Agapei est issu d’une des 3 Adapei 31, 32 et 81 et exerce, accompagné de 12 administrateurs issus également des Adapei départementales, ses missions d’orientation et de contrôle sur l’Agapei, association gestionnaire.

En confiant la gestion des établissements à l’Agapei nous nous recentrons sur nos missions de militants associatifs et nous avons gravé dans le marbre ce que nous voulons pour les personnes accueillies en participant à la construction du projet associatif de l’Agapei.

Si en 1969, en marchant sur la lune l’Homme a fait un grand pas pour l’humanité, slogan de l’époque, et que grâce à nos prédécesseurs, le handicap est passé d’un regard charitable à une vision plus inclusive et citoyenne, notre rôle est de rester des aiguillons pour que les pouvoirs publics ne nous oublient pas. Aujourd’hui comme hier.

Il nous faut stimuler nos ambitions. Rien ne doit nous arrêter. On ne doit rien s’interdire. Les solutions apportées il y a quelques années ne sont plus toutes adaptées; il faut en inventer de nouvelles pour répondre aux besoins de notre temps, écouter les personnes en situation de handicap et ne plus décider à leur place de ce qui leur conviendrait ou non. Ecouter enfin leur parole, eux  à qui on ne demandait pas souvent leur avis !

Les chantiers sont ouverts sur l’habitat inclusif, sur le droit à l’autodétermination de toutes ces personnes, sur leur accès facilité aux soins, aux loisirs aux vacances, à la culture … Et aussi un gros travail nous attend face au nombre croissant de personnes sans solution, face au vieillissement de nos enfants. Que deviendront-ils ? C’est maintenant que nous nous devons d’être des acteurs mobilisés pour ces causes. Nous devons être présents partout dans la ville pour que le handicap et plus encore le handicap mental ait le droit de Cité. Un immense travail reste encore à faire pour que le monde ordinaire leur devienne accessible.

Comme il paraît que tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droit, notre devoir est de ne plus installer les personnes en situation de handicap dans des lieux limitrophes, hors de la société, loin de nos activités ordinaires. Penser une société inclusive c’est ne plus partir d’un dispositif pour y adapter une personne, mais bien partir de la personne, de sa parole pour envisager des réponses existantes à adapter.

Pour tout cela « l’Union faisant la force », les trois Adapei de la Haute Garonne, du Gers et du Tarn ainsi que l’Agapei-association de gestion-ont fusionné pour ne plus faire qu’Une et unique association : l’AgaPei le 1er juillet 2019, écrivant ainsi ensemble, une nouvelle Histoire.

Lien vers l'onglet Agir ensemble